Site Club MHA


Aller au contenu

Menu principal:


La QPDD

Administratif

CLUBS ET TERRAINS - La QPDD



Application à compter du 01/01/2008



Introduction



La qualification de pilote de démonstration (QPDD) a été mise en place par la FFAM dans le but de :

- donner un maximum de garanties à l’organisateur d'une présentation publique d'aéromodèles , attestant que les pilotes amenés à faire évoluer en démonstration un aéromodèle de vol radiocommandé disposent à priori des capacités appropriées.

- responsabiliser les pilotes amenés à intervenir lors des présentations publiques d'aéromodèles.

Dans ce contexte, la QPDD vise à vérifier, d'une part, l'aptitude du pilote à voler en démonstration avec un type d'aéromodèle de vol radiocommandé donné et, d'autre part, une bonne maîtrise par le pilote des aspects de sécurité.



La QPDD s'obtient à l'issue de sessions de qualification organisées dans chaque CRAM sous la responsabilité du président de CRAM.



La QPDD comprend cinq types de qualification :

- Avion (propulsion par moteur à piston ou électrique) ; ce type inclut les hydravions, les racers et les autogyres.

- Hélicoptère (propulsion par moteur à piston , électrique ou microréacteur ).

- Jet.

- Planeur (ou motoplaneur).

- Aérostat.



Remarque : il n'est pas prévu de qualification pour les aéromodèles à pulsoréacteur ; une présentation en vol d'un tel aéromodèle donnera donc lieu à un traitement spécifique.



Pour chaque type, il est prévu deux niveaux :

- Niveau 1 donnant le droit à un aéromodéliste de faire évoluer un aéromodèle de catégorie A du type considéré d'une masse totale en ordre de vol inférieure à 7 kg.

- Niveau 2 donnant le droit à un aéromodéliste de faire évoluer tout aéromodèle de catégorie A du type considéré.



QPDD et licence fédérale



Pour un licencié, la QPDD est mentionnée (en précisant le niveau de qualification et le ou les types) sur la licence de l'année qui suit son attribution. En attendant et à titre temporaire, le certificat remis par le président de CRAM à l'intéressé tient lieu de preuve ; ce certificat n'est plus valide à compter du 1er janvier suivant puisque remplacé à cette échéance par la mention portée sur la licence de l'intéressé.



La mention est définie comme suit en fonction du niveau de QPDD détenue :

- chiffre 1 pour une QPDD niveau 1 ou 2 pour une QPDD niveau 2,

- suivi d'une (ou deux) lettre(s) suivant le type d'aéromodèle :



. A pour "avion".

. H pour "hélicoptère".

. J pour "jet."

. P pour "planeur".

. AE pour "aérostat".



- suivi de deux chiffres pour l'année de délivrance (par exemple 06 pour 2006) et éventuellement de la lettre ‘’R’’ lorsque des restrictions ou réserves auront été portées par les examinateurs sur l’attestation. La levée de la mention "R" implique de repasser la QPDD dans les conditions définies par le président de CRAM.

- Le détenteur d’une QPDD portant une mention ‘’R’’ devra être en mesure de présenter l’attestation à la demande d’un organisateur de manifestation.



Types et niveaux de QPDD

La QPDD comprend cinq types de qualification :

- Avion (propulsion par moteur à piston ou électrique) ; ce type inclut les hydravions, les racers et les autogyres.

- Hélicoptère (propulsion par moteur à piston ou électrique).

- Jet.

- Planeur (ou motoplaneur).

- Aérostat.

Remarque : il n'est pas prévu de qualification pour les aéromodèles à pulsoréacteur ; une présentation en vol d'un tel aéromodèle donnera
donc lieu à un traitement spécifique.

Pour chaque type, il est prévu deux niveaux :

- Niveau 1 donnant le droit à un aéromodéliste de faire évoluer des aéromodèles de vol radiocommandé d'une masse totale
inférieure à 7 kg.
- Niveau 2 donnant le droit à un aéromodéliste de faire évoluer des aéromodèles de vol radiocommandé d'une masse
comprise
entre 7 kg et 25 kg.

Epreuve de délivrance de la QPDD

Le contrôle et la validation d'une épreuve de délivrance de la QPDD doivent être assurés par deux officiels habilités par le CRAM et originaires de deux clubs différents. La désignation des deux officiels est de la responsabilité du président du CRAM ; de plus, le président de CRAM désigne un des deux officiels comme responsable de l'épreuve.

L'épreuve de qualification est basée sur une épreuve en vol qui a pour but de vérifier que l'intéressé est techniquement capable de faire évoluer son aéromodèle devant un public en respectant les règles de sécurité. L'épreuve en vol doit se dérouler en extérieur. L'épreuve en vol doit être effectuée avec un aéromodèle correspondant au type et niveau de qualification visée.

Il s'agira également de s'assurer au cours de l'épreuve d'une maîtrise suffisante du candidat des aspects de sécurité tant au sol (notamment pendant la phase de préparation de l'aéromodèle avant vol) qu'en vol et après vol. Ceci inclut également le contrôle de la qualité de réalisation (construction, équipements radio, motorisation, …) de l'aéromodèle utilisé par le candidat.

Le programme de vol sera adapté au type de qualification recherché et éventuellement à l'aéroodèle présenté. Pendant tout le vol, le candidat ne doit pas quitter l'emplacement qui lui aura été défini. Les manœuvres à effectuer sont définies à l'aéromodéliste par l'officiel désigné responsable de l'épreuve. Les manœuvres effectuées ne sont pas notées et doivent simplement être effectuées de façon correcte ; un manque de maîtrise impliquera une non délivrance de la QPDD. En cas de problème d'ordre technique (moteur qui cale, figure manquée, etc.), le candidat aura droit à une nouvelle tentative. Par contre, si le candidat met en cause la sécurité avec son aéromodèle (survol d'une zone interdite par exemple), la qualification lui sera refusée et il devra attendre une nouvelle séance de qualification.

Epreuve de vol type pour un avion

- Démarrage du moteur (par le pilote) en moins de 2 minutes après le "top" (5 minutes pour un turboréacteur/turbopropulseur)

- Décollage rectiligne (vent de face), suivi d'un circuit rectangulaire.

- "Touch and Go" (l'avion doit rouler nettement et non pas simplement rebondir). Un modèle équipé d'un turboréacteur ou d'un turbopropulseur ne fait pas cette figure.

- Passage rectiligne stabilisé entre 2 et 10 mètres de haut.

- Circuit rectangulaire, à contre Q.F.U.(en sens inverse du circuit rectangulaire, avec début vent dans le dos), prise de terrain avec remise des gaz (avant le contact).

- Démonstration des possibilités de l'appareil (tonneau, boucle, etc.).

- Atterrissage moteur ralenti, départ devant les officiels vent dans le dos. Un modèle équipé d'un turboréacteur ou un turbopropulseur fait un atterrissage conventionnel.

Remarque : pour le "Touch and Go", si les conditions météo (vent fort ou traversier) ou si la piste n'est pas adaptée à l'aéromodèle, les officiels peuvent accepter que les roues tangentent seulement le sol sans le toucher. Cette tolérance pour le "Touch and Go" n'exclut pas que le décollage reste toujours obligatoire et nécessite donc d'avoir un aéromodèle équipé d'un train ou de flotteurs.

Le guide de notation ici



Epreuve de vol type pour un hélicoptère


- Mise en route en bord de piste par le pilote , pas de rotor tournant au milieu des autres appareils.

- Décollage et stationnaire de 10 secondes.

- Translation lente et changement de cap.

- Translation rapide, virages et évolutions.

- 2 circuits d'approche, l'un par la droite, l'autre par la gauche, suivis de remise des gaz.

Atterrissage de précision (cercle de diamètre 1,20 m).

Le guide de notation ici



Epreuve de vol type pour un planeur

- Mise en altitude par treuillage, sandow, remorquage ou par moteur (thermique ou électrique), pour peu que ce dernier soit définitivement coupé après la mise en altitude. - Lancé main, dans le cas du vol de pente.

- Evolutions dans la zone indiquée.

- Démonstration des possibilités de l'appareil.

- Passage en sens inverse de la piste.

- Atterrissage dans la zone indiquée (en douceur, sans se planter dans le sol).

Le guide de notation ici


Epreuve type pour un jet


- Guide de notation pour un jet ici




Epreuve type pour un aérostat

- Remplissage des bouteilles embarquées,

- Gonflage de l'enveloppe et maintien au sol avant le décollage,

- Décollage avec pesée,

- Vol en palier pendant au moins 15 secondes à moins de 2 mètres du sol juste après le décollage,

- Montée régulière,

- Descente régulière,

- Atterrissage en douceur.

Remarque : pendant le vol, le pilote est autorisé à suivre son aérostat.

Page d'accueil | Les annonces | Administratif | Réservé aux membres du MHA | Facebook | Infos Club | Météo | Album photos | Plan du site


Responsable site internet Marc FERRARIO | postmaster@modelistehautealsace.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu